Qu'est-ce que la douance et comment l'évalue-t-on ?
21-01-2018

Qu’est-ce que la DOUANCE

et comment l’évalue-t-on ?

Par Dre Marianne Bélanger, Psy.D., Ph.D., neuropsychologue, psychologue.

Publié le 21 janvier 2018 sur www.tdahmonteregie.com

Cliquez ICI pour télécharger ce texte en PDF


Deux principaux éléments ressortent de la littérature scientifique pour répondre à cette question.  

1) La douance est le résultat d'un développement différent et précoce : 

Les images ci-dessous résument ce que la littérature scientifique nous permet de comprendre sur les différences neurophysiologiques ainsi que les principales précocités qui caractérisent le développement singulier des enfants doués.


2) La douance découle de l'interaction dynamique entre les traits particuliers des individus doués :

À cet égard, le modèle des trois anneaux de Joseph R. Renzulli [Figure 1] est l’un des modèles les plus utilisés dans le monde scientifique pour conceptualiser et définir la douance. Selon ce modèle, la douance se développe chez certaines personnes, à certains moments et dans certains contextes, et ce, à partir de l’interaction entre trois traits particuliers, c’est-à-dire : 

1.     Des aptitudes intellectuelles supérieures à la moyenne, incluant l’intelligence générale mesurée par le QI, mais aussi les aptitudes spécifiques à un domaine (p.ex. compréhension et expression orale ou écrite, raisonnement logicomathématique, sciences, informatique, intelligence artificielle, musique, art, leadership).

2.     La créativité, c’est-à-dire la curiosité, la fluidité, la flexibilité et l’originalité de la pensée qui permettent notamment l’innovation, la découverte, la création et le changement (p.ex. technologie, sciences ou arts).

3.     L’engagement, la motivation, la persévérance envers la tâche, c’est-à-dire l’énergie consacrée au domaine d’intérêt, l’implication et la détermination.

Le développement de la douance et son expression au travers un talent, une aptitude ou une compétence particulière sont donc très loin des premières conceptions statiques, immuables, innées ou uniquement biologiques et socioéconomiques que certains en ont faites.

Les études montrent que les individus doués constituent un groupe très hétérogène avec une grande diversité d’aptitudes et de compétences (p.ex. Callahan, 2018 ; Pfeiffer, Shaunessy-Dedrick., & Foley-Nicpon, 2018). 

C’est pourquoi les définitions modernes de la douance tiennent compte de cette diversité, ce qui, selon les experts dans le domaine, devrait d'ailleurs se refléter dans nos démarches d'évaluations (Pfeiffer, 2015).  


Quelles caractéristiques des enfants doués sont documentées dans les écrits scientifiques ? 


Comment évalue-t-on la douance ? 

Cela fait plus de 40 ans que les définitions de la douance ne se basent plus sur un seul critère de sélection ni, d’ailleurs, sur le seul critère d’une échelle générale de quotient intellectuel (QI) homogène et supérieure au 98e rang centile. Les professionnels de la clinique respectent les meilleures pratiques recommandées pour l'évaluation de la douance par les experts dans le domaine (p.ex. Pfeiffer, 2015).

Nos démarches d'évaluations se basent donc sur les conceptions modernes et actuelles de la douance qui sont résumées dans l'image ci-dessous.


Quels sont les différents profils de douance qu’on retrouvent dans la littérature scientifique ? 

Les recherches de l’équipe du Dr Olivier Revol, psychiatre français, nous permettent de distinguer un profil homogène (ou laminaire), c’est-à-dire un développement harmonieux entre les aptitudes intellectuelles verbales et non verbales, associé à une plus grande facilité d’apprentissage et d’adaptation ainsi qu’à un bon fonctionnement général, mais peut entrainer de l’ennui à l’école ou de l’anxiété sociale notamment (p.ex. Guénolé, et al., 2013), d’un profil hétérogène (ou complexe), c’est-à-dire un développement cette fois disharmonieux entre les aptitudes intellectuelles verbales et non verbales au profit des unes (verbales > non verbales) ou des autres (verbales < non verbales), profils plus souvent accompagnés de difficultés d’apprentissage, de difficultés dans le développement moteur ou langagier ainsi que d’hypersensibilités (p.ex. Guénolé, et al., 2013).

 

On distingue également la douance de type académique de la douance de type créatif-productif (Renzulli, 2005). Le premier type de douance (académique ou scolaire) est caractérisé par les aptitudes intellectuelles qui permettent d’exceller à l’école et qui ressortent aisément dans les échelles d’intelligence comme celles de Wechsler. Le second type de douance (créatif-productif) se caractérise plutôt par un besoin viscéral d’innover et de créer de manière pertinente et utile. Qualitativement différents des doués scolaires qui atteignent généralement différents degrés d’excellence académique, les doués créatifs-productifs performent souvent moins à l’école, mais se démarquent par leur détermination, leur créativité, leurs productions et leurs compétences (p.ex. Zenasni, et al., 2016).

 

Finalement, les avancées scientifiques des dernières années permettent maintenant d’évaluer les différents profils d’enfant doublement exceptionnel (« Twice exceptional »), c’est-à-dire un profil de douance avec un ou plusieurs troubles associés, tels que :

1)    TDA/H,

2)    Troubles neurodéveloppementaux (p.ex. troubles d’apprentissage, trouble de la coordination motrice),

3)    Trouble du spectre de l’autisme (TSA),

4)    Trouble de santé psychologique et mentale.

À ce jour, il ressort clairement des études scientifiques que ces enfants ont un profil unique aux tâches psychométriques qui ne correspond ni profil des enfants uniquement doués ni à celui des enfants qui présentent seulement le trouble associé (p.ex. Burger-Veltmeijer, & al., 2011 ; Mullet & Rinn, 2015 ; Van Viersen, & al., 2015 ; Reis, & al., 2014). Ils obtiennent majoritairement des résultats hétérogènes aux échelles de Wechsler qui se situent souvent entre le 93e et le 97e rang centile (p.ex. Assouline, & al., 2008).

Présenté de manière imagée, disons que le profil cognitif d’un enfant qui présente uniquement une douance, donc sans trouble(s) associé(s), est d’apparence « jaune » (p.ex. performance homogène et extrêmement élevée aux échelles globales d’intelligence de Wechsler) et que celui d’un enfant qui présente uniquement une dyslexie, par exemple, est d’apparence « bleue » (p.ex. performance moins élevée à certains sous-tests et indices des échelles de Wechsler, n’aime pas lire, difficultés en tâches de lecture en regard de son âge chronologique et de de son niveau de scolarité, etc.), alors celui d’enfant qui présente à la fois une douance et une dyslexie est plutôt d’apparence « verte », c’est-à-dire ni « jaune », ni « bleue », ni « jaune + bleue ».

Les enfants, les adolescents ou les adultes doublement exceptionnels passent donc inaperçus ou reçoivent, au mieux, seulement un des deux diagnostics et, dans le pire des cas, un diagnostic erroné. Bien entendu, il ne s’agit pas d’un manque de compétence des différents professionnels, mais bien d’un manque de connaissances sur leur profil unique.

N’hésitez pas à consulter les moteurs de recherche pour obtenir plus d’information ainsi que les publications du centre de recherche international sur la douance de l’université de l’Iowa, le Belin-Blank Center (belinblank.org : Educators/ Ressources/ Assessment&Counseling). Vous y trouverez notamment un guide conçu spécifiquement pour les professionnels (The Paradox of Twice-Exceptionality : Packet of Information for Professionals - 2nd Edition) qui résume les différents profils psychométriques uniques des enfants doublement exceptionnels.


Plusieurs articles en français sur les différents profils doublement exceptionnels seront publiés dans les prochaines semaines et les prochains mois sur www.tdahmonteregie.com.

Cette série d’articles aura pour objectif de résumer l’état des connaissances scientifiques actuelles afin de favoriser la sensibilisation et le développement des connaissances des différents professionnels québécois (psychologue, neuropsychologue, orthophoniste, ergothérapeute, médecin, etc.) qui œuvrent auprès des enfants, des adolescents ou des adultes en difficultés.  


Références

  • Assouline, S., Foley Nicpon, M., Colangelo, N., & O’Brien, M. (2008). The Paradox of Twice-Exceptionality Packet of Information for Professionals – 2nd Edition (PIP-2). Belin and Blank International Center for Gifted Education and Talent Development.
  • Burger-Veltmeijer, A. E. J., Minnaert, A. E.M.G., Van Houten-Van den Bosch, E. J. (2011). Review The co-occurrence of intellectual giftedness and Autism Spectrum Disorder. Educational Research Review, 6, 67–68.
  • Callahan, C. M. (2018) The characteristics of gifted and talented students. In Callahan, C. M., & Hertberg-Davis, H. L. (Eds.). Fundamentals of gifted education considering multiple perspective (pp. 153-166). New York, NY: Routledge.
  • Guénolé, F., Louis, J., Creveuil, C., Baleyte, J-M., Montlahuc, C., Fourneret, P., Revol, O. (2013). Behavioral Profiles of Clinically Referred Children with Intellectual Giftednes. Bio Med Research International, 7pages, http://dx.doi.org/10.1155/2013/540153.
  • Jambaqué, I. (2004). Analyse de la littérature : Contribution de la neuropsychologie développementale à l’étude des sujets à haut potentiel : une revue de question. Psychologie française, 49, 267-276.
  • Kim, D-J., Davis, E. P., Sandman, C. A., Sporns, O., O’Donnell, B. F., Buss, C., & Hetrick, W. P. (2016). Chilrden’s intellectual ability is associated with structural network integrity. NeuroImage, 124, 550-556.
  • Li, Z., Gan, J. Q, & Wang, H. (2017) Neurocognitive mechanisms of mathematical giftedness: A literature review. Applied Neuropsychology: Child, 6, 79-94.
  • Mullet, D. R., & Rinn, A. R. (2015) Giftedness and ADHD: Identification, Misdiagnosis, and Dual Diagnosis, Roeper Review, 37:4
  • Pfeiffer, S. I., Shaunessy-Dedrick E., & Foley-Nicpon, M. (2018). APA Handbook of Giftedness and Talent. Washigton, DC : American Psychological Association.
  • Pfeiffer, S. I. (2015). Essentials of gifted assessment. Hoboken, NJ : Wiley.
  • Reis, S. M., Baum, S. M., & Burke, E. (2014). An Operational Definition of TwiceExceptional Learners: Implications and Applications. Gifted Child Quarterly, 58, 217 –230.
  • Renzulli, J. S., & Delcourt, A. B. (2018). Gifted behaviors versus gifted individuals. In Callahan, C. M., & Hertberg-Davis, H. L. (Eds.). Fundamentals of gifted education considering multiple perspective (pp. 42-54). New York, NY: Routledge.
  • Renzulli J. S. (2005). The Three-Ring Conception of Giftedness: A Developmental Model For Promoting Creative Productivity. Dans Sternberg R. J. et Davidson J.E. (dir.), Conception of Giftedness (2e éd., p. 246-279). New-York : Cambridge University Press.
  • Renzulli, J. S. (1986). The three-ring conception of giftedness: A developmental model for creative productivity. In R. J. Sternberg et J. E. Davidson (Eds.), Conceptions of giftedness (pp. 53-92). Cambridge, UK: Cambridge University Press.
  • Revol, O. et al. (2004). L’enfant précoce : signes particuliers. Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 52, 148–153.
  • Simonton, D. K. (2018). From giftedness to eminence: developmental landmarks across lifespan. In S. I. Pfeiffer, E. Shaunessy-Dedrick and M. Foley-Nicpon (Eds). APA Handbook of Giftedness and Talent. (pp. 273-285) Washigton, DC : American Psychological Association.
  • Thompson, L. A., & Oehlert, J. (2010). The etiology of giftedness. Learning and individual differences, 20, 298-307.
  • Vaivre-Doucet, L. (2011). Developmental and Cognitive Characteristics of “High-Level Potentialities”(Highly Gifted) Children. International Journal of Pediatrics, 14 pages doi:10.1155/2011/420297.
  • Van Viersen, S., Evelyn H. Kroesbergen, E. H., Slot, E. M., & de Bree, E. H. (2016). High Reading Skills Mask Dyslexia in Gifted Children. Journal of Learning Disabilities, 49, 189 –199.
  • Webb, J. T., Amend, E. R., Beljan, P., Webb, N. E., Kuzujanakis, M., Olenchak, F. R., & Goerss, J. (2016). Misdiagnosis and Dual Diagnoses of Gifted Children and Adults : ADHD, bipolar, OCD, Asperger’s, Depression, and other disorders, Second Edition. Tucson, AZ : Great Potential Press, Inc.
  • Zenasni, F., Mourgues, C., Nelson, J., Muter, C., Myszowski, N. (2016). How does creative giftedness differ from academic giftedness ? A multidimentional conception. Learning and individual differences. http://dx.doi.org/10.1016/j.lindif.2016.09.003.

 

 

 



Clinique de Psychologie TDAH Montérégie