Évaluation - Troubles d'apprentissage

 

Il nous fera toutefois grand plaisir de continuer à vous offrir les services suivants : 

Évaluation en psychologie et en neuropsychologie pour adolescents et adultes de 12 ans et plus.

Orthopédagogie pour enfants et adolescents (évaluations et interventions). 

Orthophonie pour enfants et adolescents d'âge scolaire (évaluation et intervention).

Psychoéducation pour enfants, adolescents et familles.  

Malheureusement, nos agendas sont complets pour les services suivants : 

Psychothérapie pour enfants et adolescents de moins de 16 ans

Psychothérapie pour adolescents et adultes de 16 ans et plus

Ergothérapie pour enfants, adolescents et adultes (évaluations et interventions). 

Évaluation en psychologie et en neuropsychologie pour enfants de moins de 12 ans.


Pour les professionnels de la Clinique TDAH Montérégie | Douance-Haut-Potentiel, le dépistage systématique des troubles d'apprentissages (p.ex. difficultés à comprendre les textes lus ou à écrire des textes et à orthographier correctement les mots, difficultés à comprendre les mathématiques et le calcul) est essentiel à l'établissement d'un diagnostic clair, lui-même nécessaire à la mise en place d'un plan d'intervention individualisé efficace. Parfois, quelques minutes seront suffisantes pour éliminer la présence d'une sous-performance académique ou de difficultés en lecture, en écriture ou en mathématiques. D'autres fois, le dépistage permettra de recommander immédiatement certaines interventions visant à rééduquer les apprentissages pour éviter que la situation ne se détériore à l'école. Dans certains cas, des difficultés persistantes et plus importantes seront décelées ce qui nous permettra d'orienter adéquatement les interventions plus rapidement.

La possibilité que nous avons de travailler en équipe multidisciplinaire (psychologue, neuropsychologue, orthophoniste, ergothérapeute) est particulièrement précieuse lorsqu'il est question de sous-performance académique ou professionnelle en regard du potentiel intellectuel de la personne ou de difficultés scolaires plus prononcées chez un enfant ou un adolescent. Notre approche systémique nous permet aussi d'accompagner chaque famille, enfant, adolescent ou adulte qui en a besoin dans la mise en place des interventions nécessaires à l'école, à la maison ou au travail.         


Entre 30% et 70% des individus TDA/H vivront différents niveaux de difficultés d'apprentissage. par ailleurs, les troubles d'apprentissage peuvent parfois expliquer en partie ou en totalité les symptômes d'inattention ou d'agitation observés chez un enfant, un adolescent et même chez un adulte.


La présence d'un trouble d'apprentissage modifie aussi considérablement l'expression de la douance, jusqu'à parfois la masquer presque entièrement. Tous comme dans la population en générale, approximativement 10% à 15% des individus doués pourraient souffrir d'un trouble d'apprentissage.  


L'information contenue sur cette page répondra aux questions suivantes : 

  1. Pourquoi évaluer les capacités d'apprentissage ? 
  2. Qu'est-ce qu'un trouble d'apprentissage ?
  3. Quels sont les critères pour poser un diagnostic de trouble d'apprentissage ?
  4. Quelles sont les causes des troubles d'apprentissage ? 

Cependant, n’hésitez pas à nous contacter si vous avez d’autres questions. Il nous fera plaisir d’y répondre et de vous guider dans votre démarche


1. Pourquoi évaluer les capacités d'apprentissage ? 

En cours de scolarité, la Loi sur l’instruction publique confirme le droit de chaque élève de recevoir le «service de l’éducation préscolaire, les services d’enseignement primaire et secondaire (...)» et il a «aussi droit, dans le cadre des programmes offerts par la commission scolaire, aux autres services éducatifs, complémentaires et particuliers (...)» (art. 1). En 2000, le ministère de l’Éducation adoptait sa nouvelle politique de l’adaptation scolaire Une école adaptée à tous ses élèves, qui met l’accent sur la réussite de tous les élèves. Ainsi, chaque élève qui reçoit un diagnostic de trouble d’apprentissage a droit à un plan d’intervention adapté à ses besoins particuliers dans un processus de différenciation pédagogique. L’enseignant pourra ainsi adapter ses stratégies didactiques, les modalités de travail entre élèves et la facture des situations d’apprentissage et d’évaluation pour tenir compte des différences individuelles, et ce, dans la mesure des possibilités d’une intervention dans un groupe-classe (MELS, 2007, L’organisation des services éducatifs aux élèves EHDAA). 

En juin 2017, le gouvernement du Québec a annoncé les grandes lignes d'une nouvelle Politique de la réussite éducative. On y lit une volonté politique franche et un plan d’action concret pour que la société québécoise s’offre « le plaisir d’apprendre » et « la chance de réussir » en amenant le Québec à « voir plus loin » et « toujours faire mieux ». On y propose notamment de moderniser notre système d’éducation vers « une réussite éducative qui va au-delà de l’obtention du diplôme en recherchant l’atteinte du plein potentiel de tous, dans toutes les dimensions de la personne et sans égard à sa provenance, à son milieu ou à ses caractéristiques ». Une révision de l'organisation et du financement des services éducatifs aux élèves EHDAA est prévu. Espérons que si cette nouvelle politique se concrétise, elle permettra à plus d'élèves en difficultés d'avoir des services d'aide précoces. Un fait demeure, le dépistage et l'évaluation de l'enfant ou de l'adolescent qui vit des difficultés d'apprentissage est essentiel pour bien orienter les interventions.      


Il est essentiel de dépister et évaluer les ENFANTS et les ADOLESCENTS en difficultés d'apprentissage.

Connaître la présence d'un trouble d'apprentissage (p.ex. de la lecture, de l'écriture ou des mathématiques) permet de : 

  1. Pouvoir leur offrir des interventions adaptées à leurs besoins,
  2. Leur garantir les services d’aide nécessaires,
  3. Leur permettre d'atteindre leurs objectifs et de leur plein potentiel de vie.  

Même chez les JEUNES ADULTES aux études avancées ou chez les ADULTES qui travaillent, un trouble d'apprentissage peut avoir passé inaperçu et pourtant nuire au fonctionnement quotidien et à la réussite professionnelle. 

Par exemple, l'adulte qui éprouve de la difficulté à bien comprendre lorsqu'il lit un journal ou un document de travail important ne pourra pas participer à une discussion par la suite ni performer à la hauteur de son potentiel intellectuel au travail. Même à l'âge adulte, un trouble d'apprentissage nuit à la réussite scolaire, professionnelle ou personnelle (p.ex. rédiger un rapport ou un travail de session qui représente tout notre potentiel, obtenir un diplôme ou une promotion méritée, apprendre une nouvelle tâche, etc.). Des mesures d’aide et des adaptations sont possibles et peuvent grandement améliorer le quotidien et le bien-être de l’adulte.


2. Qu'est-ce qu'un trouble d'apprentissage ? 

Les troubles d’apprentissage sont des troubles permanents dont l’origine est neurologique qui touche entre 10 et 15 % de la population et peuvent être présents depuis la naissance ou apparaître plus tard dans le développement (p.ex. après un accident ou un AVC). Ils sont causés par un dysfonctionnement de certaines fonctions du cerveau. Ils ne sont pas causés par une déficience intellectuelle, un déficit visuel ou auditif, une démotivation, un encadrement scolaire insuffisant ou un milieu de vie défavorisé. Ils affectent l’enfant ou l’adulte tout au long de sa vie et dans plusieurs sphères de sa vie (p.ex. scolarité moins élevée, revenus plus faibles, estime de soi plus faible, anxiété, etc.).  

Il en résulte des difficultés importantes et persistantes à traiter l’information verbale et non verbale ainsi qu’à apprendre :

  • la lecture,
  • l’écriture,
  • le raisonnement
  • le calcul.

3. Quels sont les critères pour poser un diagnostic de trouble d'apprentissage ? 

Il y a plusieurs critères que l’enfant ou l’adulte doit remplir pour qu’un professionnel qualifié (psychologue, neuropsychologue, médecin) puisse poser un diagnostic de TDA/H chez selon la 5e édition du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5). Ces critères diagnostiques sont décrits dans l’encadré ci-dessous.

Critères diagnostiques d’un trouble spécifique d’apprentissage selon le DSM-5

  1. Difficultés d’apprentissages et d’utilisation des habiletés académiques, manifestées par au moins un des symptômes  suivants, qui persistent depuis au moins 6 mois malgré des interventions spécifiques pour adresser ces difficultés :

1)     Inefficacité ou lenteur et effort dans la lecture de mots,

2)     Difficultés à comprendre le sens de ce qui est lu,

3)     Difficultés d’orthographe,

4)     Difficultés d’expression écrite,

5)     Difficultés à comprendre le sens du nombre, les faits mathématiques ou le calcul,

6)     Difficultés de raisonnement mathématique.

  1. Habiletés académiques affectées sont sous les attentes en fonction de l’âge chronologique de la personne (de façon       significative et quantifiable) en utilisant des tests standardisés. Les difficultés affectent la performance scolaire et occupationnelle ou les activités de la vie courante.                                                                                                                                                                                                                              

  2. Difficultés débutent durant les premières années scolaires, mais peuvent être plus observables lorsque les demandes dépassent les capacités de l’individu.                                                                                                                                                                                                                                 

  3. Difficultés qui ne sont pas mieux expliquées par une déficience intellectuelle, des difficultés visuelles ou auditives, un trouble neurologique ou mental, de l’adversité psychosociale, des difficultés dans la langue d’enseignement ou un mauvais enseignement.                                                                                                                                                                                                                                                              

  4. Les difficultés ne sont pas mieux expliquées par un autre trouble physique ou de santé mentale.


4. Quelles sont les causes des troubles d'apprentissage ? 

Les connaissances scientifiques actuelles sur les troubles d’apprentissage montrent qu’ils sont majoritairement causés par la présence d’un ou de plusieurs troubles ou syndromes neuropsychologiques suivants :

  • Le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H). Le TDA/H est présent chez 5% des enfants et 4% des adultes (DSM-5). Il entraine des difficultés d’apprentissage chez près de 70% d’entre eux. Cependant, près de 30% des individus TDA/H souffrent également d’un trouble spécifique d’apprentissage qui complique l’apparence, le traitement et l’impact du TDA/H sur leur fonctionnement. Lorsque les traitements pharmaceutiques et les mesures de soutien pour le TDA/H n’apportent pas les effets voulus, il est essentiel de se questionner sur la possible présence d’un trouble d’apprentissage afin de bien orienter les interventions.
  • Les troubles de la mémoire sont une incapacité à enregistrer, à retenir ou à se rappeler d’une information. La mémoire c’est la capacité d’apprendre. Elle assure notre histoire et notre personnalité. Les troubles de la mémoire peuvent prendre de multiples formes différentes (p.ex. difficultés à retenir des faits, oublier nos souvenirs ou des savoir-faire, etc.). Les difficultés peuvent être présentes à la naissance, mais devenir visibles seulement en cours de scolarité. Elles peuvent aussi apparaitre plus tard chez l’adulte (p.ex. suite à un AVC ou une commotion cérébrale) ou seulement durant le vieillissement normal et anormal (p.ex. Alzheimer).    
  • La dyslexie est un déficit ou une dysfonction d’un ou des deux processus spécifiques de la lecture (médiation phonologique ou décodage / voie lexicale ou reconnaissance) qui entraine une inefficacité et une lenteur dans la lecture de mots. La lecture demande alors beaucoup d’effort et il peut devenir difficile de comprendre le sens de ce qui est lu.
  • La dysorthographie est un trouble spécifique de l’apprentissage de l’orthographe et de l’expression écrite. Elle est habituellement associée au trouble spécifique d’apprentissage de la lecture. Les individus dysorthographiques retiennent très difficilement l’orthographe des mots et font beaucoup d’erreurs lorsqu’ils écrivent.
  • La dyscalculie est un trouble de l’apprentissage du sens du nombre, du calcul et du raisonnement mathématique. Les enfants ou les adultes dyscalculiques ont beaucoup de difficultés à se souvenir des concepts mathématiques et à les utiliser (p.ex. dénombrement, tables de multiplication, utilisation de la retenue, remplacer la multiplication par des séries d’addition).
  • La dysphasie est un trouble du développement du langage oral (compréhension et expression).
  • La dyspraxie ou trouble d’acquisition de la coordination motrice est un déficit dans le développement de l’apprentissage du geste (p.ex. planification, programmation, coordination, exécution, régulation) qui est souvent associé à des déficits dans le traitement visuel et spatial (espace). L’impact sur les apprentissages est majeur : 1) dysgraphie (difficultés à écrire), 2) dyslexie verbale (difficultés à lire à cause du traitement visuel inadéquat) et 3) fatigue attentionnelle.   
  • Le syndrome dysexécutif est un déficit des fonctions mentales supérieures qui gèrent, intègrent et dirigent toutes les autres fonctions du cerveau (attention, mémoire, etc.). Ce déficit entraîne des difficultés d’organisation et de planification ainsi qu’un manque de contrôle et de flexibilité qui altère le fonctionnement quotidien. 
  • Le trouble du spectre autistique regroupe 1) un déficit des habiletés de communication verbale et non verbale et 2) des comportements et intérêts restreints et stéréotypés.
  • Le syndrome de Gilles de la Tourette se définit par la présence de tics (mouvements involontaires du corps) à la fois verbaux et moteurs qui débutent dans l’enfance.
  • Le syndrome de dysfonctions non verbales est un trouble d’apprentissage qui demeure encore controversé dans les études. Les auteurs qui soutiennent son existence soulignent qu’il s’agit d’un trouble du traitement de l’information non verbale, visuelle et spatiale qui s’accompagne souvent de difficultés exécutives et attentionnelles ainsi que d’un manque de compétences sociales.
  • Un syndrome chromosomal (p.ex. Kleinfelter, Turner). De tels syndromes sont rares, mais peuvent altérer les capacités d’apprentissage.
Clinique de Psychologie TDAH Montérégie